Sélectionner une page

Dans les trente années à venir, des dizaines de millions d’êtres humains se jetteront sur les routes, obligés de quitter leur région d’origine pour raisons climatiques.

Le terme de « réfugiés climatiques » désigne les personnes obligées de quitter la région ou le pays où elles habitent, suite à la dégradation de leur environnement ou à des catastrophes naturelles liées au dérèglement climatique (inondations, sécheresses…). Il apparaît pour la première fois dans un rapport du Programme des Nations Unies pour l’Environnement, en 1985.

Comment vivrons-nous, demain, quand la Terre comptera toujours plus d’habitants, que les pluies y seront moins nombreuses et les récoltes, plus faibles? Dans les trente années à venir, des dizaines de millions d’êtres humains se jetteront sur les routes, obligés de quitter leur maison et leur région d’origine, comme l’expliquent les auteurs d’un récent rapport de la Banque mondiale sur les migrations climatiques internes dans le monde, d’ici à 2050. Les crises sont déjà là. Et elles menacent de s’aggraver.

Lire la suite sur l’express

 

Au total, 86 millions vont se déplacer en Afrique subsaharienne, 40 millions en Asie du Sud et 17 millions en Amérique latine, soit un total de 143 millions, si les politiques ne passent pas à l’action d’ici cette échéance, a prévenu lundi la Banque mondiale dans un rapport

Lire la suite sur le devoir.com